Expositions Photos- Yves Marchand - Galerie Polka - Photographies - Festival Russenko 2015

Photo : Marchand, Meffre, Huguier et Gronsky @ RussenKo

bd-Pecherie-Novi_Port-@Francoise_Huguier_CourtesyPolkaGalerie
bd-Pecherie-Novi_Port-@Francoise_Huguier_CourtesyPolkaGalerie
A l’occasion de sa 6ème édition, le Festival des cultures russes et russophones RussenKo s’associe avec la Galerie Polka et présente – du 30 janvier au 1er février 2015 – « Figer le temps, fixer l’intime » : une exposition photographique collective de Françoise Huguier, Yves Marchand et Romain Meffre (pour la présentation exclusive et avant-première de leur série “Le bassin houiller du Donbass”) et Alexander Gronsky. Quatre photographes qui portent un regard singulier sur la Russie et l’espace russophone. L’exposition consiste en 20 grands formats exposés dans divers lieux de la ville du Kremlin-Bicêtre. 


Festival RussenKo, 6ème édition 
« Figer le temps, fixer l’intime »
avec la Galerie Polka 
  

 

Figer le temps, fixer l’intime

Une exposition collective de Françoise Huguier, Yves Marchand et Romain Meffre, Alexander Gronsky (photographe dont nous avions déjà présenté les œuvres lors de la 5ème édition du Festival)
-A noter dans le cadre de cette exposition, la présentation pour la première fois au public de la série « Le bassin houiller du Donbass » du duo Yves Marchand et Romain Meffre.
Un sujet d’actualité : Passionné par l’exploration de ruines ou d’endroits désertés par la population – le duo offre ici une vision théâtralisée de lieux abandonnés de la région du Donbass, marquée aujourd’hui par les difficultés économiques et par une crise politique sans précédent entre la Russie et l’Ukraine.
Un duo sous les feux de l’actualité : Le duo Marchand & Meffre est actuellement exposé à la Galerie Polka (la série « Industry » – exposition prolongée jusqu’au 28 février 2015), ainsi qu’au Film Institut de Francfort jusqu’au 31 mai 2015
 

 A l’occasion de cette collaboration exceptionnelle avec le Festival RussenKo, la galerie Polka a choisi de présenter quatre photographes qui portent un regard singulier sur la Russie et l’espace russophone.

Dans les rues de la ville, la galerie Polka expose quatre photographes qui nous plongent dans des univers intimes, nous transportent dans des lieux inconnus, nous font découvrir des horizons lointains et nous laissent entrevoir de nouveaux mondes.

Kommounalka – Photographies de Françoise Huguier*

Pour réaliser la série Kommunalka, Françoise Huguier s’est immergée plusieurs mois, lors de différents séjours, de 2001 à 2007, dans un appartement communautaire de Saint-Pétersbourg, où les familles disposent d’une pièce et partagent salon, cuisine et sanitaires. Vivant avec elles, elle a réussi à capter la réalité de leur quotidien. C’est rigoureux, véridique et terriblement artistique. Kommounalka a été exposée dans le monde entier et Françoise Huguier en a tiré un documentaire en 2008.
Les photos de « Kommunalka » seront exposées en intérieur et en extérieur : Médiathèque L’Echo, Place Jean-Baptiste Clément, 94270 Le Kremlin-Bicêtre

En route pour Behring –Photographies de Françoise Huguier

Exposé dans de nombreux festivals et galeries, récompensé par un prix World Press, ce travail est le fruit d’une rencontre avec la Sibérie et les ethnies qui la peuplent. De village en village, en passant par Norilsk, la métropole industrielle la plus au nord de la Russie, la photographe montre la chasse au renne, la pêche au morse, les paysages nus, la beauté simple des intérieurs et de la vie de tous les jours.
Les photos de « En route pour Behring » seront exposées en extérieur, sur les grilles du Parc Philippe Pinel, Rue Rossel et Rue de la Convention, 94270 Le Kremlin-Bicêtre

Le Donbass – Photographies de Yves Marchand et Romain Meffre**

Après leurs séries photographiques sur les ruines de Détroit, aux Etats-Unis, et de l’île d’Hashima, au Japon, les jeunes photographes Yves Marchand et Romain Meffre posent leur appareil photo dans le Donbass, en Ukraine. Passionnés par les vestiges du monde moderne, ils arrachent à l’oubli les bâtiments, les entrepôts, les mines et les paysages rongés par le passé ouvrier de la région. Ces photos, à la fois mélancoliques et magnifiques, racontent l’histoire de la désindustrialisation d’une région aujourd’hui déchirée.
Les photos « Le bassin houiller du Donbass » seront exposées en extérieur sur la Place de la Mairie, 94270 Le Kremlin-Bicêtre

Reconstruction – Photographies d’Alexander Gronsky***

Après voir présenté pour Russenko 2014 des vues fascinantes de Norilsk, une ville de Sibérie, le photographe estonien Alexander Gronsky revient en 2015 au Kremlin-Bicêtre avec Reconstruction, une magnifique série réalisée en 2013 et constituée de photos ayant pour thème des reconstitutions militaires. Un sujet éminemment esthétique, souvent humoristique et terriblement ironique puisqu’il offre à voir le jeu dérisoire des hommes mimant la tragédie de la guerre. On se croirait dans des jeux vidéo, sauf qu’ici c’est la réalité, avec, comme souvent chez Gronsky, un arrière-plan d’immensité neigeuse. C’est la Russie, c’est le destin humain, et c’est toujours capté avec une très douce mélancolie.
Les photos de « Reconstruction » seront exposées dans le Hall de l’hôtel Novotel, 22 rue Voltaire, 94270 Le Kremlin-Bicêtre du 15 janvier au 15 février 2015.
 
Informations pratiques :
Figer le temps, fixer l’intime
Dans plusieurs lieux de la Ville du Kremlin-Bicêtre
Françoise Huguier, Yves Marchand et Romain Meffre, Alexander Gronsky
En partenariat avec la Galerie Polka : http://www.polkagalerie.com/
 
Les 30, 31 janvier et 1er février 2015 (Françoise Huguier, Yves Marchand et Romain Meffre)
Du 15 janvier au 15 février (Alexander Gronsky)
Accès libre
 
Crédits photos – HD sur demande
Kommounalka : Appartements communautaires, Saint-Petersbourg @Francoise Huguier – Courtesy : Polka Galerie
Kommounalka : Nu dans la baignoire, Saint-Pétersbourg @Francoise Huguier – Courtesy : Polka Galerie
En route pour Behring : Norilsk @Francoise Huguier – Courtesy : Polka Galerie
En route pour Behring : Novi-Port-Pêcherie- @Francoise Huguier – Courtesy : Polka Galerie
En route pour Behring : Salekhard @Francoise Huguier – Courtesy : Polka Galerie (2 photos)
Le Donbass : Coking Plant, Stachanov, Ukraine @Y. Marchand – Courtesy : Polka Galerie
Le Donbass : Makiivka @Marchand&Meffre- Courtesy : Polka Galerie
Le Donbass : @Marchand&Meffre- Courtesy : Polka Galerie
Le Donbass : @Marchand&Meffre- Courtesy : Polka Galerie
Le Donbass : @Marchand&Meffre- Courtesy : Polka Galerie
Le Donbass : @Marchand&Meffre- Courtesy : Polka Galerie
Reconstruction : Siege of Leningrad @Alexander Gronsky – Courtesy : Polka Galerie
Reconstruction : Stalingrad, Volgograd, 2013 @Alexander Gronsky – Courtesy : Polka Galerie
 

* Françoise Huguier :

Cambodge, Japon, Inde, et surtout Afrique, puis Russie. Françoise Huguier est une grande voyageuse qui se définit volontiers comme « photographe documentaire ».  Parallèlement à  plusieurs travaux pour le monde de la mode dans les années 80 et 90, dont elle tirera un livre  intitulé Sublimes (éd. Actes Sud, 1999), elle commence à  sillonner le globe, s’orientant vers le reportage en noir et blanc au Japon puis réalisant un  reportage sur la mousson en Inde pour le compte des ministères français et indiens.

Le continent africain lui inspire son premier ouvrage, Sur les traces de l’Afrique fantôme (éd. Maeght, 1990), qui lui vaut d’être lauréate de la Villa Médicis hors les murs. Elle sera de nouveau nominée en 1993 avec son livre En route pour Behring (éd. Maeght, 1993), journal de bord d’un voyage solitaire en Sibérie. Ce travail est exposé dans de nombreux festival et galeries et lui vaut un prix World Press Photo la même année. En 1998, la Maison européenne de la photographie présente l’exposition A l’extrême,  issue de plusieurs séjours dans le Kwazulu-Natal en Afrique du Sud. Dans la continuité de ce travail, elle écrit Secrètes (éd. Actes Sud, 1996), livre dans lequel elle réussit à entrer dans l’intimité des femmes africaines.

C’est à partir de l’année 2000 qu’elle décide de passer plusieurs années à Saint-Péters- bourg pour travailler sur les appartements communautaires.

En 2004, Françoise Huguier retourne sur les traces de son enfance de prisonnière du Viêt Minh au Cambodge. Cette histoire est retracée dans un livre J’avais huit ans (éd. Actes Sud, 2005) et une exposition présentée aux Rencontres d’Arles.

A partir de 2007, elle collabore à plusieurs expositions et travaux (Maison européenne de la photographie, Musée du quai Branly, 1re biennale Photoquai…) tandis que la  galerie Patrice Trigano présente en 2009 La maison close de Françoise Huguier à l ‘occasion d’Art Paris. Cette même année, elle est en résidence d’artiste au Lassale College of Arts à Singapour avant de devenir en 2010 commissaire générale de la 2e Biennale internationale de l’image à Luang Prabang au Laos. Françoise Huguier a été nommée directrice artistique et commissaire générale de la 3e édition de la biennale Photoquai, organisée par le musée du quai Branly.

**Yves Marchand et Romain Meffre

Yves Marchand et Romain Meffre sont deux jeunes photographes français. Leur passion  commune, les ruines contemporaines, les a réunis en 2002.

Ils débutent leur collaboration en visitant les décombres parisiens, puis explorent par la suite les ruines belges, espagnoles, allemandes, américaines au gré de leurs voyages et de leurs découvertes.

« En visitant des ruines, nous avons toujours essayé de nous focaliser sur des édifices  remarquables dont l’architecture incarne la psychologie d’une époque, d’un système, et d’en observer les métamorphoses. »

 Entre 2005 et 2009, le duo part à l’assaut des vestiges de Détroit, l’ex-capitale de  l’automobile, leur premier grand projet au long cours. Ruins of Detroit est publié aux éditions Steidl en 2010. Le livre est un succès, la maison d’édition réimprime actuelle- ment l’ouvrage pour la  deuxième fois.

 En parallèle de ces documents essentiellement américains, Yves Marchand et Romain Meffre ont commencé leur enquête sur l’île de Gunkanjima. Entre 2008 et 2012, les photographes ont exploré à plusieurs reprises ce petit rocher, interdit au public, perdu au large de Nagasaki. Gunkanjima (« vaisseau de guerre » en japonais) est le surnom d’Hashima, une ancienne cité minière, désertée en 1974 et aujourd’hui laissée à l’abandon. Ce travail est publié aux éditions Steidl, en mai 2013.

 Le duo suit toujours la même méthode de travail : une chambre photographique, un cadre froid et objectif. Mais les artistes doivent user de moyens innovants pour photo- graphier ces lieux livrés à eux-mêmes, souvent plongés dans les ténèbres.

 Ils prouvent à chaque projet leur persévérance et leur talent à explorer des endroits  abandonnés, désertés par les populations. Véritables documents photographiques, leurs images baignent dans une atmosphère apocalyptique, elles ont pour ambition de rendre compte et de soulever les failles de notre système moderne.

Yves Marchand est né en 1981, Romain Meffre en 1987.

***Alexander Gronsky

Né en 1980 à Tallinn, en Estonie, Alexander Gronsky vit actuellement à Riga en Lettonie. Son œuvre photographique se concentre sur les paysages. Abandonnées, silencieux, ils offrent à l’artiste la  possibilité de mener une réflexion sur les effets de l’environnement sur les populations locales.

 Dans Less Than One (2006-2009), le photographe se déplace dans les endroits les plus reculés de Russie où la densité de population est inférieure à une personne par kilomètre carré. Il poursuit sa réflexion avec The Edge (2008-2009), nouveau travail documentaire autour d’un Moscou enneigé, dont les grandes étendues aux conditions hostiles constituent le théâtre d’une histoire sans drame, celles de vies isolées et silencieuses.

 Après avoir été récompensé par le prix Foam Paul Huf en 2010 pour The Edge, Alexander Gronsky décide de partir vers de nouvelles contrées, en Chine, à la lisière des mégalopoles de Shanghai, Chongquing ou Shenzen, où l’agitation génère un chaos. Mountains & Waters (2011) est une série de diptyques grand format dans lesquels le photographe épouse une conception chinoise du paysage, moins descriptive que mentale.

 Pastoral (2008-2012), nouvel opus d’Alexander Gronsky sur les paysages russes, a été récompensé par le Prix Aperture Portfolio en 2009 et a remporté le 3e prix dans la catégorie « Vie quotidienne » du World Press Photo en 2012. Pour ce travail, le photographe revient dans la périphérie moscovite pour y explorer les friches urbaines et les terrains abandonnés.

 Représenté par la galerie Polka depuis 2010, Alexander Gronsky a publié dans de nombreuses revues dont Foam, Stern, Spiegel, Art+Auction.

 Il a présenté « Norilsk », au Festival RussenKo à Paris en janvier 2014.

*******************************************

Festival RussenKo 6ème édition : Spectacles, projections, expositions, concerts et rencontres autour des cultures russes et russophones. Les 30 et 31 janvier et le 1er février 2015  – Dans plusieurs lieux de la Ville du Kremlin-Bicêtre, Val-de-Marne (IDF)  – Pass à partir de 5 €. www.russenko.frwww.facebook.com/russenko

Contact Presse : clara (at) morenoconseil (point) com

Share your thoughts